Béatrice Fraenkel
Actes d'écriture: scène, situations, événements

Vivien Philizot
Situations visuelles — Le designer en cartographe

SpM-Lecture-Situations-John.jpg

Philippe Millot
Fable

Syndicat
Sacha Léopold François Havegeer
En profiter pour Faire des choses

Emmanuel Guy
La situation : un art sans avenir de la stratégie

 
intertitre_01a.png

Texte de retranscription de l'intervention faite par l'agence du doute.

[intertitre 01 — « Pot-pourri & Bis», une conversation piece par l’agence du doute]

intertitre_01.png

Merci beaucoup, chers Max, Léonore et Pauline, pour votre invitation. Nous allons rapidement revenir sur l’origine de l’agence du doute et sur notre proposition de conversation piece que vous allez voir dans quelques minutes.

L’agence a été initiée par, et est donc composée de Brice Domingues, Catherine Guiral et Jérôme Dupeyrat.

    Catherine Guiral est designer graphique, professeure à l’Ensba Lyon et doctorante au Royal College of Art où elle achève actuellement sa thèse consacrée au typographe et urbaniste Pierre Faucheux.

    Designer graphique, enseignant à Reims et Nancy, Brice Domingues co-fonde avec elle, en 2008, le studio officeabc. Dans une formule qu’ils affectionnent, l’office interroge souvent la forme comme recherche et la recherche comme forme.

    Jérôme Dupeyrat, enfin, est éditeur, historien de l’art et spécialiste des publications d’artistes, il enseigne à l’Isdat à Toulouse. C’est là, en 2009, au sein du Bureau du doute, atelier initié par Alexandra Midal et Catherine Guiral, que Brice, Jérôme et Catherine se rencontrent autour d’intérêts communs pour l’édition et ce qu’ils nomment le graphisme hors champ.

    En 2010, à l’occasion d’une participation à l’événement C-O-D-E-X [http://c-o-d-e-x.tumblr.com] organisé par les commissaires Béatrice Méline et Charlotte Cheetham, un premier Crystal Maze est présenté. Il prenait la forme d’une émission radio où se questionnaient, entre autres, les pratiques contemporaines de créations et de publications de contenus.

    Le Crystal Maze est ainsi un dispositif conjuguant les formes et les principes de la conférence, du montage, de la projection, de l’exposition, et de l’édition, ouvrant à une recherche consacrée aux livres et à tout ce qui s’y rapporte par des prismes divers que sont, par exemple, la lecture, le design graphique et le cinéma.

intertitre_01b.png

Pour cette journée d’étude consacrée aux « situations graphiques », l’agence vous présente sa seconde conversation piece. Une première est visible sur le site de la Petite Bibliothèque Infernale (nous en reparlerons peut-être) qui finit de se mettre en place avec la collaboration des designers Antoine Gelgon et Lise Brosseau. Une troisième est en cours et nous vous distribuons un document à son sujet. Vous verrez, il y est question de palette et de ciseau. Peut-être sera-t-elle une nouvelle occasion de se rencontrer. L’invitation, cher public, est de cette façon lancée !

    Avant de laisser la parole à Brice et à Jérôme, j’aimerai pour finir, introduire, c’est amusant, cette conversation. Nous l’avons intitulé « Pot-pourri & Bis », elle dépliera des extraits de Crystal ayant donné lieu à des réitérations et reviendra aussi, en images fixes et mouvantes, sur une sélection qui interroge essentiellement l’idée du re- : re-composer, re-assembler, re-monter, re-lier. Surtout, cette conversation piece tentera de montrer combien les Crystal Maze sont des formes qui parlent de formes. Pas uniquement la forme au sens de figure, de contours, mais également au sens d’une configuration, d’une structure — comme lorsque l’on parle de la « forme-livre » par exemple.

Lieux d’observations, parfois d’activations autour de thématiques décidées dans des contextes précis, ou peut-être des situations précises (une invitation à une conférence, un commissariat d’expo, etc.), les Crystal Maze sont également des espaces de production qui se façonnent afin de lire des opérations qui reçoivent et qui produisent du sens. 

Merci !

intertitre_02.jpg

[intertitre 02 — « extrait du Crystal Maze IV.C, réitération avec l’aide de Chloé Munich et de Vincent Lalanne (IV.C bis)]

La première itération de ce film performé CM IV. C — The Crystal Voyeur que nous allons vous présenter a été capté pour la première fois au Centre Pompidou en 2013 durant le Nouveau Festival suite à l’invitation de Bernard Blistène et de Catherine de Smet. Nous avions réalisé pour cet événement une exposition « Crystal Maze IV 1 + 2 + 3 = 3. Notre distraction favorite »  autour du travail du typographe et urbaniste Pierre Faucheux. Ce film était une des extensions de cette proposition. Ce Crystal réunissait alors Alexandru Balgiu, Thierry Chancogne, Brice Domingues, Jérôme Dupeyrat, Catherine Guiral, Fabrice Mabime. Dans ce film dont nous allons diffuser un extrait, il y est question du travail de Pierre Faucheux, d’écart, de désir, et plus particulièrement des figures du cercle et du voyeur, à travers ce qu’elles peuvent souvent et parfois évoquer.

    Pour cette réitération, entendue comme une reprise, à l’école d’architecture de Nantes suite à l’invitation de Catherine Loget pour le Types Directors Club numéro 62 en 2017, ce film a nécessité l’élaboration d’un dispositif différent à l’échelle du lieu qui a été pensé et performé avec le couple d’artistes Chloé Munich et Vincent Lalanne, dont le travail se prêtait au  jeu de la performance et de la vidéo. 

intertitre_02b.png
intertitre_02c.png

Afin de préparer cette reprise, nous avions réalisé au préalable une affiche au format- bâche, 255x170cm, qui par le jeu du pliage se transforme en livre. Ce document présente les deux itérations du film à la façon d’une affiche de cinéma, le tout composé de photogrammes de la précédente version du film diffusée au Centre Pompidou.

Le nouveau dispositif était composé de trois postes :

•    Un tapis de sol vert sur lequel reposaient les visuels à manipuler que nous transmettait Chloé Munich.

•    Un banc de montage, sur lequel Vincent Lalanne alternait entre le film enregistré et la captation de nos manipulations.

•    Une table à jouer comme une table de montage, nous permettant de composer avec les visuels à disposition.

À la fin de la performance, le tapis de sol vert était roulé et laissait apparaître l’affiche en dessous. Affiche qui était ensuite pliée pour former le livre, à la fois trace de la performance et générique de fin.

intertitre_02e.png
intertitre_02g.png

[intertitre 03 — « extrait du Crystal MazeVIII, réitération (VIII bis) avec Laurence Cathala]

Le livre géant que l’on vient de voir dans un extrait du Livre Magique (1900) de Méliès, qui est un livre littéralement ouvert sur l’espace qui l’environne et poreux à celui-ci, nous a fait penser au Crystal Maze VIII, que nous avons réalisé avec l’artiste Laurence Cathala.

    Ce Crystal Maze a été présenté une première fois aux beaux-arts de Paris en 2015, puis réitéré à l’Urdla à Villeurbanne il y a quelques mois, avec pour l’occasion la production de plusieurs éditions et multiples, d’une exposition et d’une conférence-projection, « presque muette, mais assez bavarde » selon une formule que nous avions employée. Cet ensemble se démultipliait autour d’une nouvelle de Stefan Zweig écrite au début des années 1930. Buchmendel, ou Le Bouquiniste Mendel, relate la vie de Jakob Mendel dans la Vienne du début du siècle dernier, autour de la Première Guerre mondiale, Jakob Mendel étant un colporteur et bibliophile passionné et surtout doté d'une mémoire prodigieuse, capable de citer n’importe quel livre lui étant passé entre les mains ou ayant été porté à sa connaissance.

intertitre_03.png
intertitre_03b.png

 

L’Urdla possède une vaste collection d’estampes produites dans et par ce lieu depuis 30 ans, aussi nous avons saisi cette particularité et exploré cette collection en prenant le texte de Zweig comme filtre d'investigation, pour extraire une constellation d’œuvres organisées en relation à des fragments du texte, présentés sous forme de cartes qui constituaient à la fois une édition et le fil conducteur de l’exposition. Des imprimés entre cartels et carte de visite en fait. Outre cela, l’agencement des œuvres était aussi augmenté de documents iconographiques conçus par Sarah Vadé, telles des annotations situées en pied de mur, plutôt qu’en pied de page, et formant un soubassement qui trouvait aussi un écho dans le journal de l’Urdla, transformé pour l'occasion en affiche pliée avec la complicité de Sarah.

intertitre_03d.png
intertitre_03f.png

    L’exposition était à la fois l’amplification – pour reprendre un terme qu’apprécie Laurence —, l’amplification, donc, et le contexte de la conférence-projection, qui, elle, rejouait le dispositif tripartite que nous avions déjà proposé à l’Ensba pour la première forme de ce Crystal Maze. Autour de la projection en grand format du livre de Zweig, consulté au rythme d’une lecture en temps quasi réel, venaient s’aimanter deux autres projections, offrant une glose et des digressions autour du texte de Zweig, entre inserts et incipits.

intertitre_03g.png
intertitre_03h.png

    Alternant montage et actions en live, ils se croisaient là, sur fond d’histoire européenne de la première moitié du XXe siècle, diverses figures artistiques et littéraires de la modernité, mais aussi de la période contemporaine, telles que Walter Benjamin, Stan Brakhage, Marguerite Duras, Gustave Flaubert, Alain Resnais, Ed Ruscha, W.G. Sebald, Tristan Tzara ou Wim Wenders, parmi bien d’autres.

    En écho à la fiction de Zweig et à quelques faits de sa propre biographie, nous avions aussi extrapolé une autre fiction, épistolaire, donnant lieu à une grande estampe combinant linogravure, lithographie et clichés photopolymères (c’est ce que vous avez vu brièvement dans la première image de cette séquence).

Ce Crystal Maze s’est donc réécrit à travers une série d'emboîtements et de dépliements suscités par le nouveau contexte qu'offrait sa réitération.

intertitre_03k.png

L'agence du doute (Catherine Guiral, Brice Domingue, Jérôme Dupeyrat)
Conversation-piece — Pot-pourri & bis